(arrivée 14 h, 15 h voeux aux para)

Opération escargot autour de la base.

Objectif : gêner le passage de la presse et des personnalités. Banderoles et affiches.

Horaires communiqués au fur et à mesure

Voici le dernier communiquer de la mairie de Portet.

Nous venons d’être informés par les services de l’Etat de restrictions de circulation exceptionnelles, dans le cadre de la visite programmée du Président de la République sur le site de l’aérodrome de Francazal ce jeudi 17 janvier.

La circulation et l’activité devraient donc être fortement perturbées.

Mise à jour au 15 janvier à 10h : Les axes fermés entre 8h et 20h :

– Route de Seysses

– Boulevard de Courties, entre le chemin de Candie et la RD 63

– L’échangeur 37 de l’A64

Les axes qui ne seront accessibles qu’aux riverains sur présentation d’un justificatif de domicile ou aux salariés des entreprises munies d’une carte professionnelle :

– Route de Francazal, de la route de Seysses au carrefour avec le boulevard de Courties

– le boulevard de Courties entre la route de Francazal et le boulevard de l’Europe

– le boulevard de l’Europe, entre le boulevard de Courties et l’échangeur 37 de l’A64

Changement de lieu :

🚨‼️⚠️OPÉRATION SURPRISE À MANU⚠️‼️🚨
JEUDI 17/01
Deux points de RDV à 11h
. parking carrefour Purpan
. parking Stade Toulousain
Des covoiturages se feront sur place. Tout sera dit sur place.
Venez nombreux 😉

 

Urgent Toulouse : pour la venue d’E. Macron des #giletsjaunes ont été ce matin contrôlés, dispersés. Désormais point(s) de rendez-vous #Toulouse#GJ / au #sud : parking du LEADER PRICE Cugnaux routes de Seysses près de Francazal, et au #nord : rond-point de Toulouse Sesquières, autres infos ++ sur Telegram (nous ne sommes pas organisateurs, nous relayons l’appel, ceci n’est pas une incitation à y participer)

 

 

Compte-rendu de la journée 

Nous étions un petit groupe de 5 GJ mandatés par la commission action pour organiser quelque chose pour la venue de Macron. Après des repérages sur Francazal, il est apparu impossible de rentrer sur l’aéroport, sauf à avoir une armure et être armé… nous avons donc travaillé sur un projet destiné à empêcher les 600 personnalités invitées de rejoindre Macron sur la base de Francazal, de façon à lui mettre la honte. À noter que des contacts avaient été pris avec les organisations syndicales par le biais de Cédric Aubert de la CGT pour tenter de se coordonner puisqu’ils appelaient un point de rendez-vous sur un secteur qui allait être bloqué. La CGT n’a pas joué le jeu, n’a pas informé les autres organisations et a maintenu son idée d’aller agiter des pancartes à distance de Macron. Pour cela il était prévu plusieurs opérations escargot et plusieurs points de blocage dans les détails devaient rester secrets jusqu’au dernier moment car il y a trop de fuite sur les groupes télégramme. J’avais d’ailleurs eu l’appel d’un journaliste 48 heures avant, et auquel je n’avais pas répondu mais qui savait parfaitement ce qui se préparait. Ce qui ne devait pas empêcher la réalisation de l’action sous réserve de ne pas faire connaître par avance les points de blocage et les itinéraires d’opérations escargot. C’est pour cela qu’avait été lancé un appel avec trois points de rendez-vous, d’abord à Basso Cambo, puis au Leclerc de Roques et à l’Intermarché de Cugnaux. Puis mercredi soir il y a eu la réunion de la commission action ou un certain nombre de personnes ont remis en cause cette opération disant qu’elle était impossible à faire. C’est là que j’ai commis une erreur. Je n’aurais pas dû accepter de remettre en cause ce qui avait été prévu à moins de 24 heures de l’opération. Un vote a entériné le fait de mener une opération de blocage de l’aéroport. Avec deux points de rendez-vous à Carrefour Purpan et au Stade toulousain en dehors du périmètre de contrôle.

Et à 11 heures à Purpan beaucoup de policiers et des contrôles d’identité et au Stade toulousain la cinquantaine de personnes présentes s’est retrouvée bloquée et empêchée de sortir du parking. Nouveau débat sur le type d’opération et une majorité pour aller à Blagnac considérant que Francazal de toute façon était inaccessible et qu’agiter des pancartes à distance du président aurait peu d’impact.

Il est aussi à noter que les personnes qui ont contesté l’organisation initiale et qui ont réclamé l’opération de blocage de l’aéroport ne sont même pas venus pour y participer…

Nous sommes donc partis en voiture vers l’aéroport est arrivé sur place trop peu nombreux, l’opération escargot autour des deux ronds-points devant l’aéroport pour emboliser l’accès à l’aéroport n’a pas permis d’aboutir. Beaucoup de voitures et de fourgons de police et un hélicoptère pour nous pister. Et dès que je me suis arrêtée deux minutes contrôle de police et verbalisation au motif d’un arrêt gênant, ce qui n’a pas empêché la police de me bloquer une demi-heure à l’endroit soi-disant gênant, en usant de chantage comme quoi le PV serait retiré le soir si je me tenais tranquille. J’ai persisté.

C’est la première fois que je rate une opération alors qu’avec ma petite équipe d’HANDI-SOCIAL, nous avons à notre actif en 2018 avec une majorité de personnes handicapées, avec des handicaps visibles et invisibles, deux opérations péage gratuit, le blocage pendant 24 heures du convoi de l’A380 d’Airbus dans le Gers, plusieurs blocages de cimenterie, et des blocages économiques de centres de gros de cimenterie, le blocage du TGV, et l’occupation des pistes de l’aéroport de Blagnac.

Direct d'Odile (nous ne sommes pas organisateurs, nous relayons l'appel, ceci n'est pas une incitation à y participer)
Un super #live du côté des manifestants #GiletsJaunes avec la CGT pour l'arrivée de #Macron à #Toulouse. Pendant que Actu Toulouse filme sagement l'hélicoptère du président depuis la base de Francazal au côté des militaires et parachutistes. Vive la démocratie !
Dès GJ au rond point Sesquières 😉 Venez les réchauffer 💛 (nous ne sommes pas organisateurs, nous relayons l'appel, ceci n'est pas une incitation à y participer) Déloger depuis par les forces de l'ordre

Pin It on Pinterest