Gilet jaune depuis le début, j’essaie de garder un esprit critique et d’analyse, tout en maintenant mon engagement sur le terrain pour porter des sujets qui me tiennent à coeur.
Pour la première fois, j’interviens sur le site car ce que je pressentais et redoutais se confirme :
Extrait du Figaro : les manifestations se normalisent (demandes d’autorisation, services d’ordre et moins de débordements) et qu’elles concernent des anti-Macron primaires; «On est face à un MOUVEMENT DE CONTESTATION POLITIQUE, PLUS SOCIALE. Ce sont les mêmes militants qu’on retrouve d’une semaine sur l’autre», note un proche du président. Un pilier de la majorité poursuit: «Le grand débat vise à convaincre les Français qui soutiennent encore les “gilets jaunes”. Pas les “gilets jaunes” qui défilent chaque samedi et demandent des choses impossibles, comme la démission du président. Avec ceux-là, impossible de discuter. Ce sont deux publics différents.»

Le piège se referme sournoisement. Notre mouvement hétéroclite se laisse guider dans un cadre et marginaliser. Nécessité est de revenir à nos fondamentaux, c’est à dire une coalescence d’opinions, mécontentements (besoin de solidarité et partage, démocratie représentative, pouvoir d’achat) de tous bords. Il faut laisser s’exprimer cette énergie sans cadres ni idéologie ni politique, sinon nous rentrerons dans le carcan actuel, où le politiquement correct règne en censeur et deviendrons inaudibles. Gardons notre différence, notre pulsion citoyenne, même ci cela dérange. Au contraire, d’ailleurs, c’est le meilleur moyen pour déstabiliser la classe politique en place. Leur but est de nous guider vers un processus politique pour mieux diviser et contrôler. Pour moi, la démission de Mr Macron n’est pas un objectif, il feint de ne pas connaître nos revendications qui sont claires et précises. Donc à lui d’agir, ne tombons pas dans le piège de la dialectique élusive.
Pour conclure, maintenons notre mouvement en vie par accrétion de toutes les luttes, sans barrières idéologiques/politique ; laissons émerger le ressentiment qui ralliera le plus grand nombre et infléchira la ligne politique actuelle.

Pin It on Pinterest