UNE MAISON JAUNE POUR LES GILETS !

Cela fait maintenant deux mois que le mouvement des Gilets Jaunes a commencé. Il s’est d’abord illustré par l’occupation quotidienne de rond-points et de péages. Mais le mouvement n’en est pas resté là. Si, en semaine, l’économie est visée au travers d’actions de blocage, le samedi, dans la rue, se manifeste aussi l’hostilité à l’égard des symboles et des garants du pouvoir.

Nous avons pris acte ensemble que la question politique n’était pas réservée aux politiciens. Ceux-ci ne nous représentent pas, il y a longtemps que nous le savions. mais nous nous sommes enfin levés contre cela : il a suffi de sortir de chez nous, de se rencontrer et de sorganiser. Ces endroits sans âmes quétaient les rond-points sont alors devenus des lieux centraux de la contestation, où nous avons pu nous réchauffer ensemble autour d’un feu en bloquant des axes routiers, nous entraider, prévoir des actions et se parler. Ces discussions, ces débats multiples, sans leaders, sans représentation, ont aussi bien pu se tenir par la suite en assemblées et en commissions. Nous nous sommes enfin réappropriés la parole et la prise d’initiative.

Maintenant, nous sommes un certain nombre à être convaincu que l’occupation d’un bâtiment permettrait de donner un nouveau souffle au mouvement à Toulouse. L’idée n’est pas de déserter les autres actions mais au contraire de pouvoir offrir un soutien à notre mouvement. De là, nous pourrions soutenir l’occupation des ronds-points et ouvrir un autre espace où débattre. L’exemple que nous avons en tête est l’ancienne sous-préfecture de SaintNazaire,

occupée depuis fin novembre, et qui sert d’appui au blocage du port.

L’idée est de garder un lieu ouvert tout le temps, pour avoir chaud, pour participer à la quotidienneté du mouvement, pour se rassembler, pour s’organiser et s’informer sur ce qui est en cours.

Occuper un lieu, c’est ouvrir un espace vide : le réquisitionner le tenir et y habiter, à l’heure où les politiques et promoteurs n’ont de cesse de capitaliser sur le logement. Ce n’est pas en demandant les choses que nous les obtenons, mais bel et bien en les prenant. Voilà ce que nous a appris ce mouvement.

Plus concrètement, les premières idées sont de pouvoir y accueillir les comm1ss1ons, tenir une permanence medic’, une permanence juridique pour apprendre à se défendre collectivement et suivre les inculpés du mouvement. Des bouffes pourraient y être préparées et partagées. Cette occupation pourrait être un lieu de discussions, avec des projections de films,

des lectures, des soirées de débat. Tout cela, et tout ce que le mouvement souhaitera apporter d’autre.

Donnons-nous les moyens pour que notre mouvement s’accroisse, gagne en force.

Prenons un lieu d’organisation et de vie commune.

RDV DIMANCHE 27 JANVIER A TOULOUSE

– les lieux et heure précis de rendez-vous seront communiqués dans les jours à venir

Quelques Gilets Jaunes

Pin It on Pinterest