Alors que l’institution Métropole reste relativement méconnue des français et que le gouvernement a renoncé à mettre en place un scrutin métropolitain pour 2020, pourtant inscrit dans la loi depuis 2014, le Codev invite les citoyens à réfléchir aux implications de la Métropole sur la « géopolitique locale ».

Quelles sont relations entre Toulouse et les autres communes au sein de la Métropole ?

Comment porter un projet métropolitain à 37 communes ?

Alors que la démocratie représentative est en crise comment le devenir de la métropole peut-il intéresser les habitants et devenir leur affaire ? Y a-t-il un risque de rendre l’action publique encore moins lisible pour les habitants ?

Pendant que certains dénoncent la fracture entre les grandes villes et une présumée « France périphérique », Toulouse Métropole met en avant les Pactes territoriaux établis avec les territoires environnants, visant à y  »rediriger » une partie du dynamisme toulousain. Le Conseil métropolitain a par ailleurs voté récemment une motion favorable à une réforme qui viserait la fusion entre le conseil départemental et Toulouse Métropole et qui a déjà suscité des réactions diverses : Certains candidats pour 2020 se sont déclarés contre cette Métropole à la lyonnaise , le Conseil Départemental allant même jusqu’à organiser une manifestation contre la métropolisation.

Ailleurs en France, les risques liés à l’extension du domaine de compétences de la Métropole ont fait reculer nombre de responsables politiques sur ce sujet. Quel que soit le choix qui sera fait pour Toulouse Métropole, la question du périmètre de la métropole et de l’articulation entre ville centre et les territoires alentours reste posé.

Le café sera introduit par Laure Ortiz, Professeur en droit public à Sciences Po Toulouse, Chercheur au LaSSP et membre du Codev

Jeudi 31 janvier 2019 de 18:00 à 20:00

Le Papagayo
46 place Anatole France, 31000 Toulouse

Pin It on Pinterest