Article tiré de l’édito de Charles Sannat.
Voilà la riposte du Ministre de l’Action et des Comptes Publics à propos des fameuses « niches fiscales » qui font couler beaucoup d’encre et de salive…
Son « Action » pour l’instant consiste à renvoyer le ballon dans ses buts, « vous vous permettez de critiquer les « cadeaux » faits à certains, commencez à balayer devant votre porte ! »
Et là se déroule la liste des griefs à l’encontre des « employés » de l’usine France qu’est devenu notre pays.
Le gouvernement raisonne en termes de management d’une entreprise, dont le but est bien évidemment la RENTABILITÉ !
« Gérald Darmanin rappelait, à juste titre d’ailleurs, que d’après la Cour des comptes, près de 450 niches fiscales existent en France, allant du crédit impôt recherche, à l’aide à l’emploi à domicile ou l’abattement fiscal pour les journalistes (qui ne devrait pas être remis en cause trop brutalement) et représentent un coût total de 100 milliards d’euros.
Il faut en effet mettre fin à la machine à prélever et à redistribuer qu’est devenu l’État, une machine totalement folle et hors de contrôle.
Nous prélevons évidemment 100 milliards pour les redonner sous forme d’usines à gaz, excessivement coûteuses qui plus est.

Supprimons tout donc !

Maisle sujet le plus vilain abordé par Darmanin est le suivant, avec cette proposition moralement un tantinet douteuse !

« Par ailleurs, le monsieur finances de l’exécutif a proposé d’envoyer « chaque année à tous les Français le coût réel des services publics qu’ils ont utilisés, sous la forme d’une simulation personnalisée », afin que chacun prenne « conscience de la façon dont leurs impôts sont employés »…

Eh oui, on va vous envoyer la note de ce que vous rapportez à sa sainteté l’État et combien vous lui coûtez !!!

Comme ça, vous saurez que vous coûtez vraiment un pognon de dingue, que vous n’êtes rien, en un mot illettrés et inutiles.

Je propose qu’au bout de 5 années passées à plus coûter qu’à verser au pot commun, l’État fasse parvenir une capsule de cyanure (🤨), aux citoyens qui coûtent un pognon de dingue, à avaler devant les vœux du méprisant de la Républiquepour terminer de coûter à l’État à la fin de l’année fiscale… »

(Attali, le conseiller de nos présidents depuis Mitterrand, n’a t-il pas déclaré  » dès qu’on dépasse 60/65 ans,l’homme vit plus longtemps qu’il ne produit et il coûte cher à la société. etc etc»)
Cet argument est repris dans les idées sur la prochaine réforme des retraites, il est envisagé de la limiter aux nombres d’années d’activité…)

« Alors évidemment, le gouvernement pas plus que Darmanin ne font des chambres à gaz pour les chômeurs, mais la dérive intellectuelle et sémantique est terriblement inquiétante,

le fait même de laisser des dirigeants croire qu’ils peuvent penser que nous ne sommes rien et que nous coûtons trop cher est un pas dans une direction qu’il ne faut pas prendre.

Cela ne nous exonère pas d’une saine gestion de nos deniers publics, mais une vie… n’a pas de prix.

Attention donc à cette dialectique terrible.

Toute politique doit rester humaniste, tournée vers le bien commun et le bien-être de tous.« (ces valeurs n’ont plus cours Monsieur !)

​Sans envisager les extrémités du film Soleil vert (https://fr.wikipedia.org/wiki/Soleil_vert)
il est certain que ce sont tous les principes du Conseil National de la Résistance de 1946 qui sont combattus !
Il est inutile de réclamer une VI ème république, la Constitution de 58 était largement protectrice et solidaire à l’origine.
Malheureusement, elle a été vidée peu à peu de sa substance pour se réduire à un squelette que les dirigeants s’acharnent à enterrer définitivement.
Certes, des garde-fous s’avéraient nécessaires, pour éviter les dérives que les gouvernements successifs ont laissé filer, précisément pour l’achever actuellement.
Merci Michèle pour cet article
Share This