Mercredi 13/02/2019, un groupe de gilets jaunes à été reçu au Conseil Départemental suite à l’invitation du Président du département.

C’est le groupe du Lauragais en colère qui a été convié pour y aller. Ce groupe a jugé bon et constructif de faire participer des personnes d’autres groupes de la Haute-Garonne, Carbonne, Revel, Toulouse.

Coté Gilet Jaune il y avait des salariés, des retraités, des femmes, des hommes, des personnes actives d’autres en situation de handicap, une maire Gilet Jaune.

Coté du département, il y avait Georges Meric président du conseil départemental et conseiller sur Escalquens, Sebastien Vincini , chef de la majorité départementale, conseiller sur Auterive. Bertrand Looses directeur général des services du conseil départemental (administratif) et après que des conseillers et conseillères : Muriel Pruvot : Castanet-Tolosan. Émilienne Poumirol. Didier Cujives Pechbonnieu .Maryse Vezat-baronia Auterive et maire de Rieux volvestres. Alain Gabrieli Toulouse 3 ,Marie-claude Farcy Toulouse 8, Paulette Salles Toulouse 5 .

Il a été donné un temps de parole aux Gilets jaunes pour s’exprimer sur les motifs de notre engagement, nos revendications et pourquoi nous continuons. Chacun a pu s’exprimer sur sa situation ou des problèmes plus généraux allant du pouvoir d’achat au défaut de démocratie, des violences policières à la détérioration des services publics au sens larges.

La délégation a exposé le champ des compétences du département et leurs actions pour tenter de compenser certaines carences étatiques financières ou sociales. Le Conseil du département partage la même analyse que les gilets jaunes sur les problèmes posés par la politique ultralibérale mondialiste de Macron et de son gouvernement.

Tout cela a permis d’établir un dialogue constructif malgré leur grande interrogation des élus sur l’absence de représentant affirmée par les Gilets jaunes.

A leur question, qu’est ce qu’on pourrait faire pour vous aider, il leur a été proposer de venir défiler à nos cotés en tant qu’élus de la République pour montrer leur opposition à la politique gouvernementale. Ils craignent les violences qui pourraient leur être faites pour des raisons politiques.

Il leur a été demandé de faire remonter au plus haut sommet de l’Etat notre mécontentement et notre exaspération ainsi que toutes nos revendications par tous les moyens à leur disposition.

Etant bien conscient du très grand malaise qui agitait tout le département, le Président a proposé aux Gilets jaunes une tribune libre dans un rapport qu’ils sont en train de rédiger.