Bonjour à tous. On souhaite partager notre terrible fin de manifestation d’hier, à Toulouse, aux alentours de 17h30. La manif se déroulait plutôt bien, sans trop de heurts, dans une bonne ambiance. Se faisant repoussés par le canon à eau à Jean Jaurès, demi tour vers François Verdier. Il était l’heure pour nous de partir car nous devions rentrer pour 18h30. Nous arrivons donc au métro François Verdier où beaucoup de forces de l’ordre étaient présentes. Nous descendons dans le métro un peu avant que le cortège arrive, de peur que le métro se ferme. 10 secondes après être descendues dans le métro nous voyons environ une 30 aine de manifestants descendre à leurs tours. La débute le réel cauchemar. Les gazs commençant à arriver dans le métro au niveau des portiques, nous descendons au 2ème étage, sur les quais. Et là, ce fut un réel cauchemar. Toute la station était gazée, nous ne voyons même pas à un mètre à cause des gazs. Nous avons loupé le premier métro, car nous ne l’avons pas vu. On vomissait, on respirait tant bien que mal, notre visage était en feu, nos yeux aussi. Nous étions environ un 10aine de personne sur ce quai, je ne sais pas qui ils étaient et si ils vont bien… Nous sommes restés environ 5 à 6 min sur ce quai gazé. Les minutes les plus longues de ma vie. Mais étrangement nous ne nous souvenons d’absolument rien, que de quelques petits passages. On se battait pour « survivre ». Ce mot est peut être fort mais c’est vraiment le ressenti que nous avons eu, nous étions à 2 doigts de s’évanouir. Le 2ème métro arrive et je cris avec la force qu’il me reste pour prévenir les autres. Je ne voyais rien, les gens nous ont tiré dans le métro puis trou noir. Je me souviens que les gens étaient horrifiés de voir nos visages brûlés, nos yeux noyés dans les larmes et dans les rougeurs que provoquent les gazs. Je ne remercierai jamais assez les gens qui nous ont aidé, nous ont passé de l’eau sur le visage etc… Merci beaucoup. Cette fin de manifestation fut pour nous éprouvante. Nous étions pris au piège, nous qui ne somme ni violents, ni extrêmes. Cette méthode utilisée est véritablement barbare. J’ai eu la peur de ma vie en cette fin d’après midi. J’ai vraiment eu peur pour ma vie, pour celles de ceux qui étaient autour de moi. Nous étions véritablement asphyxiés, nous suffoquions. Aujourd’hui, je me réveille, la tête qui tourne, le visage brûlé, les yeux je n’en parle même pas. Je n’aurai plus jamais aucun respect pour les forces de l’ordre qui ont fait ça, plus jamais. J’ai aussi une grosse pensée à toutes les personnes blessées physiquement et mentalement, suite aux manifestations. Aujourd’hui je suis absolument traumatisée.

Pin It on Pinterest