Chers amis,

Tous, de tout bord, s’alarment de la dérive autoritaire sans limites de la Macronie prête à blesser, voire à tuer, pour maintenir l´ordre lors des manifestations des GJ, pour se maintenir au pouvoir envers et contre tout.

Par la présente, je vous prie de bien vouloir dénoncer immédiatement et publiquement quelques détails « étonnants » sur le fameux et odieux Traité de Lisbonne et qui justifierait et cautionnerait la violence inouie de la répression du gouvernement Macron contre les GJ et le silence de l´UE :

l’Europe rétablit la peine de mort. Mais « oublia » de prévenir les peuples européens de ce rétablissement (2008)

Elle ne la rétablit pas pour les pédophiles ou les crimes de sang , non , ceux là resteront  exemptés de peine capitale ; elle la rétablit pour le crime  de contestation sociale … plus précisément pour :

c) pour réprimer, conformément à la loi, une émeute ou une insurrection.»

Je vous laisse prendre connaissance de ce texte surréaliste publié au Journal Officiel du 14 Décembre 2007 , dans la plus stricte omerta médiatique. NON  malheureusement , ce n’est pas un hoax . Le journal officiel ci-dessous est tout à fait consultable sur les sites officiels de l’Union Européenne
Citation: 14.12.2007 Journal officiel de l’Union européenne C 303/17 FR

https://blogs.mediapart.fr/vivre-est-un-village/blog/260114/leurope-retablit-la-peine-de-mort-texte-redige-par-lucie-couvreur

EXPLICATIONS (*) RELATIVES À LA CHARTE DES DROITS FONDAMENTAUX (2007/C 303/02)

Les explications qui figurent ci-après ont été établies initialement sous la responsabilité du praesidium de la Convention qui a élaboré la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne. Elles ont été mises à jour sous la responsabilité du praesidium de la Convention européenne, compte tenu des adaptations apportées au texte de la Charte par ladite Convention (notamment aux articles 51 et 52) et de l’évolution du droit de l’Union. Bien que ces explications n’aient pas en soi de valeur juridique, elles constituent un outil d’interprétation précieux destiné à éclairer les dispositions de la Charte.

1.. Les dispositions de l’article 2 de la Charte correspondent à celles des articles précités de la CEDH et du protocole additionnel. Elles en ont le même sens et la même portée, conformément à l’article 52, paragraphe 3, de la Charte. Ainsi, les définitions «négatives» qui figurent dans la CEDH doivent être considérées comme figurant également dans la Charte:
a) l’article 2, paragraphe 2, de la CEDH:

«La mort n’est pas considérée comme infligée en violation de cet article dans les cas où elle résulterait d’un recours à la force rendu absolument nécessaire:

a)  pour assurer la défense de toute personne contre la violence illégale;
b)  pour effectuer une arrestation régulière ou pour empêcher l’évasion d’une personne régulièrement détenue;
c) pour réprimer, conformément à la loi, une émeute ou une insurrection.

1. l’article 2 du protocole no 6 annexé à la CEDH:

«Un État peut prévoir dans sa législation la peine de mort pour des actes commis en temps de guerre ou de danger imminent de guerre; une telle peine ne sera appliquée que dans les cas prévus par cette législation et conformément à ses dispositions …».

http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:C:2007:303:0017:00.

Cette surprenante autorisation , faite en violation totale de la plupart des lois des pays Européens.
CONVENTION EUROPÉENNE DES DROITS DE L’HOMME (PDF)

http://www.echr.coe.int/Documents/Convention_FRA.pdf

QUE FAIRE, ALORS ?

Deux millions de grévistes suffirent en 1936 à faire plier l´état… On retient le plus souvent de cette période les acquis sociaux tels que les 40 heures, les congés payés, les conventions collectives, les délégués du personnel, ou encore les fortes augmentations de salaire. Cette Grève Générale fut APOLITIQUE. Les partis de gauche, le PC, la CGT n´essayèrent que de limiter les dégats… pour les patrons.
Cette grève (il y en a eu deux dans l´histoire de France, la 2ème en 1968). Le point de départ de la grande vague de grèves se situe le 6 février 1934. Le 12 juin 1936, les premières conventions collectives sont signées. Vous me direz : OK, 2 ans… Mais ce qu´il faut savoir, est que ce mouvement était tout à fait unique dans notre histoire… En fin de compte, tout se joua en un mois et demi. Nos parents ont déblayé le chemin pour nous… pourquoi vouloir réinventer la roue ? Prenons le raccourci qui finalement nous apporta la victoire… sans violence !
Laissez-vous inspirer de notre histoire :
https://blogs.mediapart.fr/
Une idée pour les manifs : La révolution des casseroles (Islande) au lieu de poussez des « ahous » préhistoriques. On ne voit presque pas de pancartes lors des marches.. rien á dire ?
MACRON DEMISSION !!!

VIVE LA FRANCE !

Pin It on Pinterest