Aujourd’hui nous avons été nassé très tôt, une petite rue libre je m’y précipite manque de pot arrivé presque au bout les flics la ferme,
C’est à ce moment que Yannick rentre chez lui, je lui demande si il peut me permettre de me reposer chez lui, il accepte et vu notre grande différence d’age il veut échanger avec moi, tous les sujets y passent, on entend plus l’hélico c’est le moment de nous séparer, il a l’amabilité de me raccompagner jusqu’à mon véhicule,il retiendra de notre courte entre vue « je vais mettre un peu d’argent de coté pour la prochaine grève générale »
Nous avions entre-autre parlé de 68
Encore merci de m’avoir permis de reposer mes vielles jambes.
On lâche rien
Amicalement

Pin It on Pinterest