Historique de la Consultation Nationale Citoyenne
et … suite envisagée

L’histoire du Collectif « Carcassonne en Colère » débute le 17 novembre par un barrage filtrant et se poursuit encore aujourd’hui sur le rond-point « Charlemagne », près du lycée du même nom. Le point de ralliement est ouvert H24 depuis bientôt 5 mois, et ce, malgré un déménagement qui a dû être réalisé « à la hâte ».
Durant cette longue période, nous avons échangé jours et nuits, avec plusieurs dizaines de milliers de citoyens. Nous avons également participé à des dizaines de manifestations dans l’Aude et dans d’autres départements y compris à Paris, nous avons mené des dizaines d’actions de sensibilisation, organisé des commémorations pour les sinistrés de l’Aude, participé à des réunions publiques constructives avec des citoyens, et d’autres, improductives et musclées avec les députés de la REM. Nous avons aussi réalisé la Consultation Nationale Citoyenne dans le département de l’Aude.
La création de ce questionnaire remonte au tout début du mois de décembre 2018 où nous avions ressenti lors d’une réunion publique qui regroupait environ 400 personnes, dont une partie de Gilets Jaunes, que le mal être des citoyens était tel qu’il était impossible d’avoir un échange constructif. Se côtoyaient des personnes en souffrance à qui l’on n’avait jamais donné la parole, des femmes, des hommes de tous âges, de toutes professions, actifs, retraités, fonctionnaires, salariés du privé, commerçants, artisans, des personnes en situation de précarité, en échec social, des personnes handicapées, en invalidité, d’autres encore qui n’étaient là que pour les autres car leur situation, bien que non exceptionnelle sur le plan matériel, suffisait à leurs besoins, contrairement à des millions de citoyens qui vivent leur quotidien dans une extrême incertitude. Cependant, tous étaient conscients de la situation dans laquelle les politiques de tous bords nous ont mené en 40 ans « de bons et loyaux services » ! La soirée fût très animée, triste, peu efficiente mais au milieu du désespoir émanait un parfum de renouveau que la suite de l’histoire a confirmé.
Dès le lendemain, nous avons décidé de réfléchir à une action qui permettrait de rendre la parole au peuple en engageant une démarche positive, réaliste, non idéologique et non violente ce qui est notre credo depuis le début du mouvement. Etant entendu que la non-violence ne s’oppose pas au fait d’avoir une grande détermination.
Poursuivant le but de savoir, au-delà des Gilets Jaunes, ce que ressentait et ce que voulait réellement les citoyens, nous avons constitué un groupe de travail et de réflexion qui a planché durant plusieurs semaines sur différents sujets de préoccupation des français. Ce travail a été ensuite enrichi par des échanges menés sur le terrain avec plusieurs centaines de personnes. La synthèse de ces travaux a été regroupée dans un questionnaire comprenant 5 thèmes et 67 propositions parmi les plus plébiscitées par les Audois. Chaque thème possède une case « autre » afin que toute personne enquêtée puisse évoquer un sujet qui ne figure pas dans le document initial, ceci permet d’élargir encore plus l’éventail des propositions. Trois cases par thème peuvent être cochées y compris une case « autre », de sorte à obtenir 15 propositions maximum par questionnaire.
Dans notre département, nous avons débuté la Consultation Nationale Citoyenne le 10 janvier 2019.
Parallèlement nous avons engagé « un travail de fourmi » en tentant d’entrer en contact avec des Collectifs d’autres départements qui pouvaient être intéressés par la CNC, en prenant soin de ne partager notre travail qu’avec des GJ qui avaient une conscience citoyenne et qui n’avaient pas comme but de « racoler » pour les élections Européennes ou pour tout autre calcul politique. Nous étions aussi très curieux de savoir si les revendications seraient les mêmes dans d’autres régions de France où l’économie, les spécificités locales, la géographie, la démographie ne sont pas les mêmes que dans l’Aude.
C’est ainsi que nous avons mis au point un certain nombre de documents issus de notre expérience « terrain » comme des fiches pratiques et un tableur afin de les aider à mettre en place cette opération. Les problèmes que nous avons rencontrés, les erreurs que nous avons commises ont permis de peaufiner ces fiches et ainsi d’éviter aux autres Collectifs de connaître les mêmes écueils.
Au passage, donnons un très grand coup de chapeau à tous les binômes qui ont œuvré pour que cette Consultation soit effective, et à celles et ceux qui ont travaillé de près ou de loin à des niveaux différents pour en arriver au résultat d’aujourd’hui. UN GRAND BRAVO ET UN GRAND MERCI !
Concernant le mode opératoire, les questionnaires ont été saisis et archivés au fur et à mesure des retours par chaque collectif et centralisé au niveau départemental. Le comptage n’est pas totalement terminé partout car certains Collectifs veulent continuer d’enquêter jusqu’à fin avril, voire plus … Toutefois, des tendances se dégagent depuis le début de la saisie et ne varient pas beaucoup au fil du temps. Dans certains départements le RIC arrive en tête mais les tendances qui se dégagent sont les mêmes partout. Seul l’ordre change, mais sur les 15 propositions majoritaires on en retrouve une dizaine qui sont communes à quasiment tous les départements concernés par la Consultation Nationale Citoyenne.
Chaque Collectif décide bien évidemment en totale autonomie de ce qu’il souhaite faire des résultats et de la forme choisie pour les communiquer. Toutefois, pour ce qui relève de notre département nous avons fourni aux citoyens et à la presse, comme nous nous y étions engagés, les résultats de l’Aude le mercredi 3 avril. Ces données portent sur plus de 92 000 contributions, nous devrions approcher, voire dépasser les 100 000.
Nous souhaitons à présent donner une suite à cette enquête en s’appuyant sur les résultats de la Consultation Nationale Citoyenne pour créer avec l’équipe du Vrai Débat (la version numérique des GJ) des Assemblées Citoyennes Délibératives qui mettront au point des propositions de loi créées (enfin !) par les citoyens et non plus par des représentants qui font ce qu’ils veulent une fois élus et se limitent à suivre les mots d’ordre de leur parti. Ce travail va être instructif, passionnant, long, souvent complexe, et pour nous permettre de le mener à bien, nous pouvons compter sur l’aide :
– de l’équipe du Vrai Débat
– de l’Institut des Systèmes Complexes du CNRS de Paris
– du Laboratoire TRIANGLE, (Ecole Normale Supérieure de Lyon)
– du LERASS – Toulouse 3 – Paul Sabatier (Laboratoire d’Etudes et de Recherches Appliquées en Sciences Sociales)

Les laboratoires cités plus haut représentent des centaines d’enseignants-chercheurs, docteurs et doctorants dans de nombreuses spécialités, ils se joindront à nous, en fonction de notre demande éventuelle, afin de nous éclairer sur des points précis ayant fait l’objet de recherches et de travaux ou pour en réaliser de nouveaux. Nous aurons également le concours d’économistes pour chiffrer les projets de lois établis par ces Assemblées Citoyennes Délibératives.

L’enrichissement mutuel des citoyens qui participeront à ces Assemblées (après être passés par l’étape du tutorat), ajouté à l’expertise des spécialistes cités plus haut, permettra d’élever notre niveau de conscience politique, économique et sociétal. Chose difficilement réalisable sans concertation constructive et sans apport extérieur.

Cette démarche représente, de notre point de vue en tout cas, un moyen certain de peser sur le débat politique en recherchant des solutions nouvelles, pertinentes, structurées, répondant à l’intérêt du plus grand nombre face à la somme de difficultés que nous rencontrons au quotidien. Ces difficultés que les politiques aidés en cela par les technocrates de Bruxelles, de Bercy ou d’ailleurs, se plaisent d’ailleurs à ignorer pour servir l’intérêt des puissants. Interdire toute participation citoyenne à la vie politique, rendre toute analyse ou jugement impossible par la pratique systématique de la désinformation et de la complexité, voter des lois en catimini, sont devenus des sports nationaux pour ceux qui nous gouvernent, avec la complicité des médias et des instituts de sondage.
Le but de ces Assemblées Citoyennes Délibératives, qui devraient à terme couvrir tout le territoire national, consiste clairement à créer un programme législatif CITOYEN, écrit par des CITOYENS pour des CITOYENS. Cette démarche va prendre du temps, il serait souhaitable qu’elle aboutisse un an avant les prochaines élections présidentielles qui se tiendront en avril 2022, donc les propositions de loi devront être prêtes en début d’année 2021.
D’ici là, il parait hautement improbable que nous puissions compter sur le gouvernement pour améliorer notre pouvoir d’achat. Nous allons donc le faire sans lui. En favorisant les circuits courts qui dynamiseront l’économie locale et en faisant des achats groupés pour faire tomber les coûts, il est tout à fait possible de réaliser des économies substantielles. Seul on ne peut rien mais TOUS ENSEMBLE … Cette initiative va être reproduite par d’autres Collectifs de Gilets Jaunes en France, nous réfléchirons avec eux à la façon de regrouper nos forces pour être encore plus efficaces.
En conclusion, nous voulons prendre notre destin en main, nous ne souhaitons plus nous limiter à payer très convenablement des représentants pour qu’ils décident en toute liberté de la façon dont ils vont gérer notre vie, en dépensant, voire en gaspillant souvent, nos impôts, taxes et contributions de tous ordres.

Pin It on Pinterest