Sept reporters,
photographes ou vidéastes, molestés ou victimes de coups de matraques le
samedi 13 avril à Toulouse ; plusieurs journalistes blessés et deux
photoreporters interpellés le samedi 20 avril, à Toulouse et Paris.
Depuis le 17 novembre et les premières manifestations des « Gilets
jaunes », les samedis se suivent et se ressemblent, dans une forme
d’escalade des violences policières, sur les manifestants, et aussi de
façon ciblée, sur les journalistes. A l’heure où on embarque des
confrères qui tentent de faire leur travail, le constat est amer : la
liberté d’informer, en France, aujourd’hui, n’est plus garantie. Le SNJ en appelle au Président de la République, garant lui aussi de la liberté de la presse dans ce pays.

 
Retrouvez sur notre site le communiqué du SNJ dans son intégralité.
Syndicat national des journalistes
http://www.snj.fr
Twitter : @SNJ_national

Pin It on Pinterest